Transsexuels dans les prisons pour hommes

Une personne trans a obtenu le droit de porter des vêtements pour femmes en prison .

«Je me suis habillé en short pour aller à la salle de sport. Et le directeur adjoint de la sécurité a envoyé un fonctionnaire pour ouvrir un rapport disciplinaire pour moi pour avoir porté ces vêtements. Le fonctionnaire n’a pas voulu parce qu’il ne voyait pas cela justifié, mais il a été contraint et le rapport a été déposé. C’est ainsi qu’a commencé l’une des batailles de la guerre contre laquelle, depuis de nombreuses années, notre témoin se bat contre presque tout.

À la suite de cet incident, le transsexuel a été découvert en mai 1997 parce que Marisa Llaneza, une juge de surveillance pénitentiaire des Asturies à l’époque, avait jugé que María Jesús avait le droit de s’habiller en femme dans une prison pour hommes.

Tout a commencé à Gijón, lorsqu’elle a été condamnée à deux mois de prison pour vol qualifié dans un établissement. Il a dû entrer dans la prison de Villabona. Plus précisément, dans le module masculin cinq. Elle n’était pas seule dans la cellule, son compagnon était un homme qui, selon elle, n’arrêtait pas de la baiser.

Vêtue de sa minijupe habituelle, elle a vécu une véritable épreuve dès qu’elle a franchi les portes du pénitencier. «Je ne voulais pas me mêler de garçons», se souvient-il des années plus tard. Mais ses vœux lui étaient peu utiles: «J’avais honte quand je devais me déshabiller», toujours sous l’œil attentif de son compagnon de cellule.

María Jesús reconnaît que tant certains des prisonniers que les fonctionnaires l’ont bien traitée, mais que d’autres l’ont continuellement insultée. Elle essayait juste de faire passer le temps le plus rapidement possible. Avec son petit sac, où elle gardait toujours ce dont elle avait besoin pour se maquiller, elle fit le tour des différentes pièces de la prison.

Puis l’incident de la salle de sport s’est produit. María Jesús a porté plainte. Ses problèmes ne faisaient que commencer: «Je prenais une douche et ils m’ont fait sortir nue dans le couloir, ils m’ont soumis à des fouilles corporelles et ils ont touché mes seins. Ils m’ont continuellement discriminé.

Un jour, lorsqu’il est rentré dans sa cellule, il a découvert que les fonctionnaires avaient enlevé tous ses vêtements de femme. «Ils ne m’ont laissé que quatre chiffons et pantalons», se souvient-il.

Mal ou bien, les deux mois de peine sont passés et le transsexuel a été libéré de prison . À la maison, elle a appris que le juge avait rendu une ordonnance dans laquelle elle décrétait que le pantalon que María Jesús portait ce jour-là au centre sportif était “adéquat” et, ce qui était plus important pour elle, qu’elle avait le droit de porter vêtements pour femmes en prison .

Quatre autres transsexuels – Diana, Fany, Merce et Natalia – se trouvaient toujours dans la prison asturienne de Villabona.

Témoignage anonyme

Laisser un commentaire