Portrait du prince bleu de Montmartre

Portrait du prince bleu de Montmartre

Michou : portrait du prince bleu de Montmartre

Michou, directeur emblématique de cabaret parisien depuis plus de 60 ans, est mort très tôt ce dimanche 26 janvier 2020. Nous retraçons pour vous son parcours exceptionnel et les dates marquantes de sa carrière qui a rythmé les nuits parisiennes.

D’Amiens à Montmartre, de Michel à Michou

Michel Catty, que nous connaissons tous sous le pseudonyme de Michou, est né à Amiens, dans la Somme, quelques années avant l’appel du Général De Gaulle, le 18 juin 1931. Sans formation particulière, il débarque à Paris en 1949.

Il enchaîne alors une période de petits boulots comme garçon de café puis vend des journaux à la criée avant de devenir le gérant du bar Chez Madame Untel au coeur de Montmartre dans le 18ème arrondissement. C’est finalement le 13 juillet 1956 que le Cabaret Michou voit le jour.

Mais pourquoi Michou ?

Michou a choisi son pseudonyme grâce à la contraction de deux surnoms. Tout d’abord “Mimi”, le petit nom affectueux que lui donnait sa grand-mère, puis “Chouchou” comme l’appelaient alors ses amis et ses proches. Ce nom est devenu mythique et a accompagné l’ensemble de sa notoriété tout en participant à la construction de son personnage public.

Michou, pionnier du transformisme

Accompagné de ses compères de l’époque, Eugène et Lucien, Michou lance ses premiers spectacles de travestis en 1961. Eugène devient La Grande Eugène, Lucien se transforme en Phosphantine et Michou incarne Miss Glassex. La machine à succès est lancée et les artistes transformistes se succèdent pendant plus de 60 ans, 63 années consécutives pour être précis, et chantent en play-back les plus grands titres des artistes du moment.

Le Tout-Paris et les anonymes se pressent pour dîner Chez Michou et y découvrir, bien avant l’époque des Drag-queen, des hommes incarnant à la perfection Dalida, Édith Piaf, France Gall ou encore Brigitte Bardot et bien d’autres.

Une vie pleine de bleu, de musique et de people

Michou était un personnage reconnaissable au premier coup d’oeil. Il a fait de la couleur bleue sa marque de fabrique, et l’a accompagnée de ses costumes et ses lunettes emblématiques. Ses cheveux blonds peroxydés et son sourire laissaient transparaître sa personnalité agréable et joviale tant appréciée par ses amis et ses collaborateurs.

Au cinéma, Michou partage l’affiche avec Lino Ventura en 1973 dans La Bonne Année de Claude Lelouch. Chanteur, Michou a interprété ses propres compositions à de nombreuses occasions. En 1974, il chantait Plus joli qu’une fleur, puis Fofolle et L’homme à femmes en 1978. En 2005, il nous régalait d’un Signé Michou. Il fut décoré de la Légion d’honneur par le président Jacques Chirac le 24 janvier de cette même année.

Durant toutes ces décennies, les célébrités se sont succédées dans le cabaret Chez Michou, comme Dalida, Johnny Hallyday ou parmi les plus proches, Alain Delon, Nana Mouskouri ou encore Jean-Paul Belmondo

Un Chez Michou sans Michou ?

Tout au long de sa vie, Michou a pleinement assumé son exubérance joyeuse et son homosexualité. Il partageait sa vie depuis plus de 20 ans avec Erwan Toularastel, notamment dans son appartement de 150 m² avec vue sur le Sacré-Coeur et décoré tout en bleu.

S’il souhaitait être enterré dans un cercueil bleu exposé dans son cabaret, il souhaitait aussi que ce dernier ne lui survive pas. Est-il donc possible, pour respecter sa volonté d’imaginer un autre Chez Michou sans Michou ? Seul l’avenir nous le dira. Le temps est actuellement au recueillement et les hommages se succèdent, venant de tous les horizons, sur les réseaux sociaux.

Article écrit par : Nelly L.

Laisser un commentaire