Homophobie dans le sport

Homophobie dans le sport

Jouer au placard : l’homophobie dans le sport

Les joueurs et les entraîneurs ont été victimes de discrimination sur la base de l’orientation sexuelle, un problème qui touche non seulement la communauté LGBTQI, mais également toutes les athlètes féminines.

Comme beaucoup de filles aux États-Unis, Andrea Jade est allée à l’université pour non seulement acquérir une éducation, mais aussi pratiquer le sport qu’elle aimait. Être étudiant-athlète est un travail à temps plein. Vous courez de la pratique à la bibliothèque en passant par les cours et vous mangez parfois. . . généralement avec l’équipe. Votre équipe devient votre nouvelle famille, des joueurs de différents horizons unis par un amour mutuel pour le jeu. Alors, qu’est-ce qui aurait pu déchirer Jade en dehors du sport qu’elle aimait et de sa famille de Football?

Jade était à quelques pas de son record d’école en mars 2003 lorsque son entraîneur l’a retirée de l’équipe de Football. Elle s’est opposée à un entraîneur qui utilisait la peur pour contrôler ses joueuses : l’homophobie. L’homophobie dans les sports universitaires est un problème récurrent qui affecte tous les niveaux d’athlétisme des entraîneurs, des joueurs, des parents et des fans. Non seulement cela a terni l’esprit de ce que représentent les sports, mais il reflète également la façon dont la société considère les femmes qui ont osé sortir de leurs rôles de genre prédéfinis. Si les femmes envisagent de continuer à réussir dans le monde du sport, tous les athlètes et les entraîneurs doivent s’efforcer de se respecter les uns les autres, quelle que soit la diversité des origines de leurs coéquipiers ou de leurs joueurs.

La question du genre

«Vous lancez comme une fille» est une insulte typique qui a des résonances dans le temps et dans les terrains de jeux du pays. Les hommes et les garçons ont toujours utilisé cette expression pour se couper mutuellement sur le terrain et dans les vestiaires. Le sport est un passe-temps sacré dans lequel les garçons deviennent des hommes et les hommes deviennent des héros indestructibles. Pour une femme, pénétrer sur le même terrain où sont plantées les graines de la masculinité, c’est piétiner l’avenir des leaders à domination masculine. Si une femme peut lancer, frapper et attraper aussi bien qu’un garçon de son âge, alors qu’est-ce qui l’empêche d’être son égale dans le monde des affaires? Le rôle de soumission dans lequel les femmes sont traditionnellement forcées est contesté par une athlète performante et, par conséquent, incarne également les rôles de genre. Pour lutter contre cela, le moyen le plus courant d’attaquer une athlète féminine est de défier sa féminité et de remettre en question sa sexualité. Si la préférence sexuelle d’une femme est en cause, alors cela devient un moyen de la contrôler.

Homo-négativité sur le terrain

L’un des lieux les plus importants où l’homophobie a été utilisée pour contrôler les femmes est celui des départements des sports collégiaux. Au fil des ans, le processus de recrutement des collèges masculins a été entaché de scandales impliquant de gros athlètes recevant des voitures, de l’argent et des femmes pour aller dans certaines écoles. Cependant, le processus pour les femmes a été un peu différent. Opposé à une incitation semblable à une nouvelle voiture, les parents et les athlètes sont souvent nourris de mensonges et de fausses accusations pour modifier l’impression d’une école rivale. Les écoles et les entraîneurs sont étiquetés comme produisant des “Lesbiennes” dans le but d’influencer les décisions des parents et des joueurs. Mais le problème ne se limite pas au recrutement. Une fois dans une école, les athlètes sont susceptibles d’être ostracisés par d’autres joueurs s’ils sortent et ont été mis à la porte par des équipes ou mis injustement au banc en raison de leur sexualité. «Si vous êtes un athlète dans une équipe, l’entraîneur a toutes les cartes en main et le pouvoir de déterminer votre avenir. et si cet entraîneur est homophobe, vous allez rester au fond du placard », a expliqué Pat Griffin, auteur de Strong Women, Deep Closets.

 

 

Griffin était à la fois une athlète et une entraîneuse obligée de garder le silence sur sa sexualité. Dans son livre, elle décrit son histoire ainsi que celle de plusieurs autres athlètes sur les pressions inutiles exercées sur les femmes par le monde sportif homophobe. Ses expériences en tant qu’entraîneuse dans le placard étaient tout aussi horribles que celles qu’elle avait eues en tant que joueuse. Griffin a souvent dû changer de vie, craignant de perdre son emploi, pour tenir compte de ce que les administrateurs du collège voulaient qu’elle soit. Son histoire n’est cependant pas unique, dans la mesure où des femmes travaillant dans des départements sportifs aux États-Unis sont obligées de mettre en place une façade tous les jours. Dans Strong Women, Deep Closets, une entraîneuse de basket-ball de Division II a expliqué que sa directrice des sports allait à bout de suivre sa maison pour voir si elle était allée chez elle ou chez sa petite amie après le travail, alors qu’elle la soupçonnait d’être gay.


Double Fix

Le harcèlement et les abus envers les joueurs et les entraîneurs en raison de leur sexualité constituent une expérience universitaire inutile qui doit cesser. L’éducation et le droit sont deux moyens de remédier au problème. «L’éducation et les recours légaux vont de pair dans tout mouvement de changement social», a déclaré Griffin. «La loi a joué un rôle énorme ici et c’est là que des organisations comme le Centre National des Droits des Lesbiennes (NCLR), qui recherchent des gays, des lesbiennes ou des bisexuels dans l’athlétisme victimes de discrimination, prennent leur cas en considération et fournissent des conseils juridiques. C’est une excellente avenue pour le changement.

Ce changement a récemment été démontré à l’Université. Jade sera désormais connue non seulement pour ses grands bras, mais également pour son courage de rendre les choses plus faciles pour elle-même et pour les autres joueurs de la communauté LGBT. Jade a attiré l’attention de l’administration des sports sur le fait que Jean-Marc avait créé un environnement inconfortable pour ceux qui ne partageait pas ses croyances chrétiennes et affirmait que Jean-Marc était un entraîneur et un joueur émérites. Tous les entraîneurs, les directeurs sportifs et le personnel sont désormais tenus de suivre une formation à la diversité en réponse à un accord concernant le cas novateur, et à la politique anti-discrimination de l’université. Jean-Marc a récemment été congédié, ce qui est important car il montre comment la loi peut corriger des injustices telles que les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et que l’éducation peut empêcher que cela ne se produise ultérieurement à un joueur ou à un entraîneur.

Faire partie de l’éducation

L’éducation est la clé la plus importante pour mettre fin au harcèlement anti-gay dans le sport. La loi est une réaction à l’injustice infligée, mais des programmes éducatifs aident à garantir que ces injustices ne se produisent jamais. Voici quelques moyens de convaincre votre équipe d’accepter des joueurs gays, lesbiennes, bisexuels ou trans-genres:

N’utilisez pas d’insultes gays: Dire des commentaires négatifs ou des insultes sur la sexualité de quelqu’un est aussi grave que d’insulter un joueur au sujet de sa race ou de sa religion. Les insultes n’appartiennent pas au sport, point final.

Dénoncez ce qui vous met mal à l’aise : l’agent de communication le plus important pour éduquer les gens sur les problèmes des LGBT est de parler. Si des membres de votre équipe sont harcelés, dénoncez-le. Si vous restez silencieux, vous ne faites qu’ajouter au problème.

Ne jugez pas les autres en fonction de stéréotypes: Ne jugez pas la sexualité des personnes en fonction de la quantité de rose qu’elles portent ou de la taille de leurs cheveux. Les stéréotypes sont un moyen pour les gens de classer les autres sans vraiment savoir qui ils sont. Ils créent un mur entre vous et votre entraîneur ou coéquipier. Respectez les différences de chacun.

Écoutez ce que les autres ressentent : Parler est important, mais écouter est tout aussi impératif. Prenez le temps d’écouter ce que vos coéquipiers ou vos entraîneurs ont à vous offrir. Cela leur facilitera la vie de savoir qu’ils sont soutenus par des personnes.

Laisser un commentaire